Le métier du e-logisticien

Introduction
Le métier du e-logisticien est un nouveau métier qui repose d'abord sur les savoir-faire du logisticien d'aujourd'hui. Cependant, les compétences du premier dépassent largement celles du second.
La prestation logistique orientée commerce électronique se compose de quatre modules : l'entreposage, le transport, les systèmes d'information et les prestations connexes.
Les deux premières compétences sont connues et maîtrisées par les professionnels de la logistique. Les deux dernières compétences sont nouvelles et nécessitent des qualités qui ne sont pas toujours innées chez les acteurs du secteur. Aussi, la maîtrise de ces quatre compétences suppose, de la part des logisticiens, une prise de conscience des attentes logistiques des professionnels du commerce électronique. Cette analyse nécessite avant tout, une connaissance parfaite du monde de l'Internet à travers son Histoire, ses Acteurs, ses Principes et sa Philosophie. C'est donc sur ce premier critère qu'il faut d'abord évalué le e-logisticien. En ce qui concerne les quatre modules cités précédemment, nous avons vu que deux étaient connus et maîtrisés par les logisticiens.
Toutefois, les prestations "entreposage" et "transport" orientées e-logistique doivent être ciblés sur les besoins du commerce électronique. Pour ce qui est des prestations "systèmes d'information" et "prestations connexes", les logisticiens ont commencé à intégrer ces nouvelles prestations, mais le chemin qu'il reste à effectuer pour devenir e-logisticien à part entière est important et nécessite un travail de fond.

L'entreposage
La prestation d'entreposage requiert de la part du e-logisticien la gestion d'un dépôt, magasin ou entrepôt dans lequel les marchandises seront stockées
. L'emplacement de l'entrepôt est important car cela aura un impact sur le délai d'acheminement et sur le coût du transport. Il est en général préférable que l'entrepôt soit localisé au barycentre de son périmètre de distribution.
L'entrepôt doit être équipé d'un système informatique dont les principales fonctionnalités sont : l'intégration des commandes prises sur Internet, la gestion des stocks et la possibilité de donner accès à un ensemble de statistiques sur Internet. Dans le cadre d'une cyber-vente B2C, la prestation d'entreposage la plus sensible est sans nul doute la préparation de commande car toute erreur à ce niveau provoquera inévitablement un litige avec le client final ce qui se traduira par un mécontentement de celui-ci. Le logisticien doit avoir acquis un savoir-faire dans le picking (prélèvement unitaire d'une ou plusieurs références). Préparer une commande de 3 palettes complètes ne nécessite pas la même technicité que la préparation d'une commande de 50 articles issus de 50 références. De même, le e-logisticien doit être en mesure de répondre aux besoins de co-manufacturing et de co-packing. Ces prestations " entreposage " sont encore récentes mais correspondent à un réel besoin.
Le co-manufacturing consiste à assembler plusieurs références sur le lieu de stockage afin de constituer une nouvelle référence. Cette technique permet de réduire les stocks en limitant le nombre de références car seules les références de base sont stockées.
Le co-packing est une prestation liée à l'emballage : le logisticien a pour mission de constituer les emballages ou sur-emballages sur le lieu de stockage. Cette prestation a aussi pour but de limiter la gestion des références aux seules références unitaires sans tenir compte des unités de conditionnement. C'est seulement lors de la préparation de commande qu'un article de la référence secondaire (référence unitaire U x quantité Q) sera constitué.

Le transport
Les prestations de transport sont nombreuses. Il est donc avant tout nécessaire de définir les caractéristiques des flux à transporter.
En effet, en fonction du poids, du volume, du prix, du nombre de colis, du délai, et des destinations la prestation transport sera différente. Chaque transporteur est leader dans une ou plusieurs prestations mais aucun n'est compétitif sur l'ensemble des prestations. Si l'on souhaite traiter qu'avec un seul e-logisticien, il faut mesurer les deux points suivants. Il faut d'abord évaluer s'il est en mesure de répondre par ses propres moyens à la prestation transport qui correspond au descriptif des flux. Par exemple si 80% des flux correspondent à des expéditions en 48h de trois colis d'un poids de 10 Kg dans tout l'hexagone, il faut choisir un e-logisticien présent dans toute le pays. Le second point concerne l'aptitude du e-logisticien à sous traiter les 20% de flux restants. Si 5% des flux sont à destination du Japon, il faut qu'il ait des accords avec un spécialiste de cette destination. La connaissance du transport des marchandises confiées est aussi un point à prendre en compte. En effet, même si un colis ressemble à un autre colis, les moyens d'exploitation ne sont pas toujours identiques selon qu'il s'agit du transport de livres, de matériels informatiques ou encore de produits blancs.
La gestion des retours n'est pas forcément un point auquel on pense en premier lieu. Cependant, il est nécessaire de connaître les techniques du e-logisticien afin d'éviter des retours effectués dans de mauvaises conditions et dans des délais importants. Les retours impliquent que les marchandises expédiées doivent être identifiées, récupérées, emballées (si l'emballage d'origine est inutilisable) puis transportées vers un lieu de retour pour retraitement. Cette prestation est complexe et nécessite une compétence particulière de la part du e-logisticien. Enfin, un réel savoir-faire en ce qui concerne les prestations liées aux opérations de douanes est indispensable pour les flux en provenance ou à destination des pays hors CEE.

Les systèmes d'information
Le e-logisticien se doit de maîtriser les flux d'informations concernant les flux physiques qui lui ont été remis. En premier, il doit être en mesure de communiquer avec les webmarchands afin de récupérer les commandes effectuées sur Internet mais aussi de communiquer au webmarchand l'état des stocks après chaque commande. Une fois la commande effectuée par l'internaute, le e-logisticien doit être en mesure de suivre les colis depuis la prise de commande jusqu'à la livraison.
Le suivi des colis doit être en temps réel et " ouvert " aux clients. Ainsi, le vendeur (webmarchand) et l'acheteur (internaute) peuvent suivre la progression de la livraison au travers des données transmises par le système d'information du e-logisticien. Les informations données par le système d'information du e-logisticien doivent permettre d'enclencher des actions telles que : la facturation, l'anticipation face aux litiges et même le pilotage des flux amonts et avals. En effet, grâce aux informations du e-logisticien, le client pourra par exemple anticiper un litige si l'événement de livraison indique que le destinataire a posé des réserves.
Le pilotage des flux consiste à confier au e-logisticien, le soin, par exemple, de piloter les réapprovisionnements de l'entrepôt en fonction d'un calcul prévisionnel des ventes qui est basé sur un historique et sur la prise en compte de facteurs externes. De même, le e-logisticien pourra aider ses clients à mieux connaître leur activité grâce à des statistiques issues des expéditions effectuées à destinations des clients finaux. Le e-logisticien doit aussi être en mesure d'obtenir de ses partenaires sous-traitants la même quantité et la même qualité d'information que lorsqu'il effectue lui-même la prestation dans sa globalité.

Les prestations connexes
L'aptitude des e-logisticiens à offrir à leurs clients des prestations connexes à la logistique devient aussi un critère de sélection. Le e-logisticien est le pilote des flux physiques et des flux d'information. Dans cette logique, il est amené à devenir un prestataire global dont le métier commence à la minute où un article a été vendu par son client. Ainsi, il devra prendre en charge l'Administration des Ventes. C'est donc le e-logisticien qui prendra les commandes par Internet, téléphone, fax, courrier ou encore par le téléachat. Cela suppose qu'il devra facturer pour le compte de ses clients, établir des statistiques de ventes et analyser les sorties c'est-à-dire les ventes effectuées durant une période donnée. Il devra être en mesure d'offrir des prestations de montage de meuble ou de matériel informatique. Il assurera le service après vente pour le compte de ses clients. Il aura aussi la responsabilité des enquêtes de satisfaction auprès des acheteurs finaux. Il aura de plus en plus, un rôle de conseil vis à vis de ses clients car il détiendra les chiffres clés par rapport au marché, aux fournisseurs, aux destinataires.
La logistique n'a cessé de se perfectionner ces dernières années, passant d'un terme militaire et confidentiel (années 60) à un terme ultra médiatisé ces dernières années.
Aujourd'hui, les nouveaux logisticiens disposent des qualités requises pour devenir des e-logisticiens. Ils ont acquis les valeurs du métier de logisticien : flexibilité, mobilité, réactivité et travail. De plus, ces nouveaux logisticiens ont suivi des études supérieures (écoles de commerce ou d'ingénieurs, formations universitaires supérieures en gestion, informatique ou économie) complétées par des 3ème cycles spécialisés en logistique globale. Enfin, ils utilisent parfaitement l'informatique et maîtrisent une, deux ou trois langues étrangères. Ces nouveaux logisticiens de moins de 30 ans sont la première clé des entreprises logistiques qui souhaitent muer en entreprises e-logistiques.
Le dessein des entreprises logistique sera fonction du rôle qu'elles confieront à ces jeunes e-logisticiens lors de ces prochaines années. Si ces nouveaux logisticiens prennent rapidement en main la e-logistique, les acteurs actuels du secteur deviendront incontournables à l'échelle planétaire, car ils maîtriseront à la fois les flux d'informations et les flux physiques. Si ce n'est pas le cas, alors de nouveaux intermédiaires verront le jour. Ils se placeront entre les acteurs du commerce électronique et les acteurs logistiques. Ce sont eux qui maîtriseront les flux d'information et qui assureront les prestations connexes génératrices de marges importantes.

juillet/1999

Alain Borri,
Logístico de profesión, posee una doble formación superior en logística e informática, lo que le ha permitido comprender pronto el papel que tendrían los encargados de la logística en el desarrollo del e-comercio. Así es que en 1998 crea el sitio e-logisticien.com. Tras haber dirigido la célula "e-comercio" de una gran empresa de logística y transporte, es hoy director de mercado de una sociedad especializada en los flujos de información de la e-logística.



The Job

Introduction
The e-logistics expert's job is brand new and first of all rests upon the knowhow of today's logistics expert.However the former's competence is well ahead of the latter's.
The e-commerce-biased logistic service comprises four modules : warehousing, transport, information systems and ancillary services.

The first two are well-known and mastered by all logistics professionals. The last two are new and require not-always-inborn qualities from the players in the trade. However the e-logistics-biased warehousing and transport services must be targeted towards e-commerce needs. The novel information systems and ancillary services have started to be integrated by the logistics experts, but the way left ahead is long to become a full sized e-logistics expert and requires thorough work.

Warehousing
Warehousing requires from the e-logistics expert the management of a depot, store or warehouse in which the goods will be put by. The warehouse location is important as it will have an impact on the oncarriage lead time and on the transportation costs. It is generally better for the warehouse to be located within the barycenter of its distribution perimeter.
The warehouse must be computerised with the following main functions : integration of internet orders, inventory management and access to all statistics on the internet. Within the framework of a B2C cyber sale, the most sensitive warehousing operation is undoubtedly order processing as any single mistake will unavoidably end up in a dispute with the end customer, which is bound to generate his dissatisfaction. The logistics expert must have earned deep knowhow in the picking technique (singling out one or more items). Processing an order of 3 full load pallets does not require the same expertise as processing an order of 50 items from 50 origins. In the same way, the e-logistics expert must be capable of meeting co-manufacturing and co-packing needs. Although these warehousing services are recent they meet an actual need.
Co-manufacturing consists in gathering several items on the storage spot so as to create a new single item. This technique allows inventory reduction by cutting down the number of items as only the basic references are stored.
Co-packing is linked to packing : the logistics expert's mission is to prepare packing or over packing on the storage spot. Its goal is also to hinder item management to the sole unit references notwithstanding pack units. It is only while order is being processed that a secondary item (unit item U x quantity Q) will be made up.

Transport
Transport services are numerous. First and foremost it is thus necessary to define the features of the flows to be carried.
As a matter of course, according to the weight, volume, price, number of parcels, lead time compliance and places of delivery, the transport service will be different. Every carrier is a leader in one or more services, but none is competitive in all of the services. If only one e-logistics expert is wished to be dealt with, the following two points must be taken into consideration : First of all one must assess whether he may meet by his own means the transport service matching the flow description. For instance if 80% of the flow matches shipments of three parcels weighing 10 kilos to be delivered within 48 hrs to domestic destinations, an e-logistics expert present in the whole country must be chosen. The second point deals with the e-logistics expert's capability to subcontract the remaining 20% of the flow. If 5% of the flow has to be shipped to Japan he must have an agreement with a specialist in this destination. Knowledge of transportation of the goods entrusted is also to be taken into account, as even though two parcels look alike, the operation means are not always the same depending on whether books, computers or white products are being
shipped.
Management of returned goods is not an obvious topic to be thought about in the first place. Yet the e-logistics expert's techniques must be mastered in order to avoid return operations under bad circumstances and over lengthy time limits. Return operations imply that the goods shipped must be identified, collected, packed (if the original packing is unusable) then oncarried to some reprocessing place for the return operation. This service is intricate and requires a particular competence from the e-logistics expert. Lastly, actual expertise in Customs operations is needed for goods being shipped into or out of the EU.


Information systems 
The e-logistics expert must master the physical information flow he receives. Firstly he must be able to communicate with the webmerchants in order to collect the Internet orders, but also to inform the webmerchants about the inventories further to every order. Once the order placed by the Internet user, the e-logistics expert must be able to track and trace the parcels from original order through final delivery.
Parcel tracking and tracing must both be done in real time and be open to the customers. Thus the seller (webmerchant) and buyer (web user) may follow the shipment progress through data transmitted by the e-logistics expert's information system.The information transmitted by the e-logistics expert's information system must enable some actions to be triggered, such as : invoicing, dispute anticipation and even upstream and downstream flow piloting. Thanks to the e-logistics expert's information, the customer will be able, say, to anticipate a dispute if the delivery order filled out by the consignee is claused.
Flow piloting consists in entrusting the e-logistics expert with, say, warehouse supply in accordance with a sales forecast computation based upon historical record and outer factors. In the same way the e-logistics expert will assist his customers in comprehending their activity better thanks to statistics originating from shipments to end customers. The e-logistics expert must also be able to obtain from his subcontracting partners the very same quantity and quality of information as though he himself had dealt with the whole operation.


Ancillary services
The e-logistics experts' ability to propose to their customers ancillary logistic services also becomes a selection criterion. The e-logistics expert pilots both physical and information flows. He is thus bound to become a global contractor whose job begins the minute his customer has sold an item. He thus will have to tackle sales supervision, manage orders via the Internet, phone, fax, mail or mail order business. Therefore he will invoice on his customers' behalf, set up sales statistics and analyse outgoing items, i.e. sales over a given period of time. He will have to offer furniture or computer-related assembly services. He will be responsible for the after sales service in his customers' name, as well as for conducting satisfaction surveys with the end buyers. He will increasingly be his customers' advisor since he will be holding the key figures related to the market, the suppliers, the consignees.
Logistics has steadily improved these years, from a military, narrow scope concept (in the 60's) to a widely spread locution these recent years.
Today the new logistics experts have the prerequisite qualities to become e-logistics experts. Failing which new intermediaries will appear. They will be located between the e-commerce playerand the logistics players. THEY will master the information flow and tender ancillary services yielding large profit margins.


july/1999

Alain Borri,
Logístico de profesión, posee una doble formación superior en logística e informática, lo que le ha permitido comprender pronto el papel que tendrían los encargados de la logística en el desarrollo del e-comercio. Así es que en 1998 crea el sitio e-logisticien.com. Tras haber dirigido la célula "e-comercio" de una gran empresa de logística y transporte, es hoy director de mercado de una sociedad especializada en los flujos de información de la e-logística.

 

Este artigo foi autorizado pela diretoria do site francês www.infogista.com a ser divulgado com exclusividade pelo Guia Log.

Esta página é parte integrante do www.guiadelogistica.com.br .